Porcelaine, faïence, argile et grès : les différents types de poteries

Bien que la poterie désigne essentiellement la technique de réalisation de vases et récipients à usage essentiellement domestique ou culinaire en terre cuite, le terme est souvent employé pour désigner aussi bien les techniques de céramique, de porcelaine, de grès ou de faïence pour des contenants domestiques comme décoratifs. Découvrons pour chacune de ces techniques et matières leurs caractéristiques principales.

L’argile

Pour les artisans potiers et les céramistes, l’argile est la matière première principale. C’est une matière première naturelle minérale. Aujourd’hui, l’argile pure trouvée dans la nature est rarement utilisée telle quelle en poterie mais ce sont plutôt des pains d’argile (qui sont des mélanges) qui sont employés par les artisans.

Le travail se fait sur un tour de potier ou par modelage. C’est la cuisson finale qui va déterminer le nom utilisé pour la matière finale.

 

Le grès

Le grès est tout simplement un matériau céramique qui a comme propriété une très grande dureté et une grande résistance à tous les types d’agressions (qu’elles soient d’ordres climatiques ou chimiques). Cette résistance s’obtient avec une cuisson à une température supérieure à 1 200 °C.

Pour obtenir ce grésage à la cuisson il faut partir d’une argile à forte teneur en silice. Celle-ci se vitrifie facilement entre 1 200 °C et 1 300 °C.

Finalement, les poteries en grès sont facilement reconnaissables à des couleurs qui vont de teintes chamois, ou même gris clair, vers des gris foncés voire du brun.

Ce sont des objets de table comme des objets décoratifs, souvent très prisés pour leur solidité et leur aspect rustique séduisant.

 

La faïence

La faïence est obtenue avec une terre argileuse de teinte ocre. Elle rassemble un mélange de potasse, de marne, de sable, de feldspath et d’argile. C’est certainement un des plus anciens mélanges qui est utilisé en création de céramique.

Une fois modelée et formée, cette pâte est cuite à une température en dessous de 1200 °C. Ce sont des céramiques poreuses, qui sont moins sonores et moins dures que les créations en grès ou les porcelaines. Les objets en faïence ont aussi une fragilité inhérente à leur double structure de terre et d’émail.

La faïence a toutefois un moindre coût et une plus grande facilité de fabrication que le grès. Son aspect est assez proche de la porcelaine, mais elle n’est pas translucide comme elle, et peut être plus facilement rayée.

La porcelaine

La porcelaine est le résultat d’un procédé de fabrication qui part d’un mélange de kaolin, de quartz, de feldspath et aussi d’argile et d’eau. Après coulage dans des moules, la cuisson se fait à plus de 1 200 °C et peut être multiple.

Plus la cuisson est élevée plus l’aspect translucide de la porcelaine est renforcée. Il faut néanmoins ne pas cuire à des températures beaucoup trop hautes sous peine d’avoir un objet très fragile.

La porcelaine reste de couleur blanche grâce à la présence du kaolin et peut être ensuite peinte. Elle est majoritairement utilisée dans les arts de la table et a acquis ses lettres de noblesse avec des manufactures renommées (Limoges, Sèvres, …) qui ont développé un art précieux des décors et une grande finesse dans leurs créations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *